La monstrueuse Parade

J’ignore si vous avez déjà entendu meugler Christina Cordula. C’est un peu comme ma grand-mère, on l’entend avant de la voir. Et quand elle approche, un vague sentiment de panique nous saisit. Eh bien Christine Cordula, c’est un peu la puissance vocale de ma grand-mère, sans la portion de museau en gelée dans l’assiette et le tablier, mais avec une paire de boucles d’oreilles géante, une grande bouche pleine de dents avec du gloss autour.

C’est la reine de la féminitude sur M6. En général, elle arrive en faisant des moulinets avec les bras et vocifère des « Ma chériiiiiiiiiiie ! » stridents avant de s’attaquer violemment à une nana qui, selon elle, s’habille comme un sac.

En général, l’émission « Nouveau look pour une nouvelle vie » présente des fâmes qui ont l’outrecuidance de :

– ne pas être allée chez le coiffeur depuis plusieurs mois

– porter des grands pulls

– ne pas porter des tenues en adéquation avec leur morphologie (= cacher leur gros cul)

Des trucs vachement grave, donc.

Entre deux hurlements girly et sur fond de musique d’ascenseur, notre reine des abeilles, missionnée par le dieu ovaire, va donc tenter de sauver le monde de la mode de l’invasion de boudins mal sapés.
Pour cela, elle opte en général pour la culpabilisation (ce qui n’est pas sans me rappeler, encore une fois, ma grand-mère). On assiste donc souvent à des dialogues du genre Barbie contre le boudin :

Montée sur secteur, notre reine du chiffon trop staïle s’arme ensuite de forceps pailletés pour faire accoucher Lafâme de sa féminitude.

– Tu es une femme ma chériiiiiie, n’est-ce pas ?

– Euh, oui…

– Alors ?

– Eh bien euh…

– Alors comment tu dois t’habiller ma chériiiiiiiie ?

– Ben euh… comme une femme ?

– Ouiiiiiiiiiii ! Comme une femme ma chériiiiiiiiiiie !

– …

– Mais alors pourquoi tu ne le fais pas ma chériiiiiiiiiiiie ?

– Ben euh, parce que euh…

– Il faut que ça change, ça ma chériiiiiiiiiiie !

– Oui…

– Il y a du travail ma chériiiiiiiiiiiiie, mais on va te faire devenir une vraie femme, tu vas voir.

C’est là que notre grande gigue de 37 kilos pour 1m85 commence en général à décrire la silhouette de la nana en face d’elle. Normalement, elle lui dit des trucs super agréables du genre :

Tu as du ventre ma chériiiiiiiiiiie, il faut le cacher avec… et armée d’un cintre, elle fait virevolter un « top » (un haut quoi) au dessus de sa tête./Tu as les épaules plus larges que ton bassin ma chériiiiie, il faut atténuer ça avec…/Tu as des formes (tu es grosse) alors pourquoi tu ne montres pas ta poitrine ? (traduction : tu es grosse, alors fais au moins l’effort de montrer quelque chose d’agréable)/Tu as des petites jambes ma chériiiiiie, tu DOIS porter ce genre de vêtements…

Bref, Lafâme qui est en face comprend qu’elle ne DOIT PLUS se LAISSER ALLER de la sorte : elle doit faire des efforts pour ne pas continuer à être comme une grosse verrue venant gâcher le velouté d’une peau -imberbe- de papier glacé, une insulte à la môde.

Là par exemple, Bidule est en V…

Elle doit donc cacher sa tare avec une encolure spéciale :

Seul soucis, la nana n’aime pas… La réponse ne se fait pas attendre… Si elle n’aime pas, c’est qu’elle ne connait pas la tendance et qu’il faudrait qu’elle pense sérieusement à lire la presse féminine…

« Mais c’est la tendance ma chériiiiiiiie »

[Pour les courageux/ses, le lien]

Mais il y a mieux. M6 s’est demandé comment aller plus loin encore, et après mûre réflexion, la chaîne a décidé de mettre les nanas à poils.

Là encore, le principe est simple. Après les avoir matraqué à coup de « t’es moche, t’es grosse, tu ne sais pas t’habiller », la chaîne adopte un ton mielleux et fait venir des femmes sévèrement dysmorphophobiques pour les coller en sous-vêtements devant quinze miroirs et cinq caméras. En général, celles qui sont choisies sont de jolies femmes atteintes d’une grave malformation : faire une taille 42, voire 44 !

Ces freaks, osons le mot, sont accompagnés par un gentil môssieur efféminé, ami fidèle de Lafâme et de la mode, cébienconnu.

Il est sympa comme tout, rassure les nanas en leur disant que tout n’est pas perdu et qu’elles ne sont pas si moches que ça, pendant que la voix off susurre des phrases du genre « Martine doit apprendre à mettre sa silhouette en valeur et retrouver une allure féminine ».

Ce qui est terrible, c’est qu’à chaque fois ou presque, Lafâme verse une larme devant le miroir en balançant des :

j’ai de la graisse partout,

je suis énorme

j’ai des grosses cuisses

regardez moi ce ventre

 

On en est donc au point où Lafâme pleure à chaudes larmes. C’est le moment que choisit le présentateur pour passer à la vitesse supérieure. Il se met alors à l’assommer d’injonctions diverses relatives à sa nature de fâme. Le tout est entrecoupé de blagounettes bon enfant et de rigolades devant la caméra.

Mais si vous pensiez naïvement que le principe de l’émission était de permettre à ces fâmes de sortir en chantant « j’ai du ventre et je vous emmerde », c’est une terrible erreur.

Après avoir gentiment dit à Lafâme « Meuh non, je trouve que tu n’es pas si moche, regarde, sois positive, aime toi », on l’emmène dans un magasin pour lui faire acheter une gaine. Bah si.

Une GAINE. Bordel. Comme celle de mamie. Pour maintenir tout ça qu’il dit le présentateur. « Gros tas ! » entend on hurler au loin.

Et Lafâme de l’émission, ben elle fait « oui oui » de la tête et elle se dirige vers la cabine pour enfiler ce machin qui va la comprimer. Et elle est émue en plus, parce qu’évidemment, comme on lui a collé sur le dos des fringues qui ne sortent pas de chez Babou, ça rend mieux.

Bon, on l’a compris, le principe de l’émission, c’est d’apprendre à planquer son gras, pardon, apprendre à se mettre en valeur. Et comme dirait le présentateur « Bien sûr je ne vais pas leur dire : « Chérie, tu as 20 kilos en trop, c’est génial reste comme ça ! » « .

Une fois l’émission terminée, ils ont en général réussi à jucher Martine sur des talons improbables, à lui coller une frange à moitié dans la gueule et une jupe qui l’empêche de marcher autrement que la petite sirène.

On reste hébété quelques secondes, pendant que le générique hurle « big girls, you are beautiful », avant que ne monte une furieuse envie de personnaliser le relooking.

On proposerait bien à Lafâme ce joli diadème d’épines ultra fashion

Ou cette petite croix tendance…

La panoplie de Lafâme moderne en somme ma chériiiie.

Ce contenu a été publié dans 3 - MEDIAS, Documentaires, Films, télé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La monstrueuse Parade

  1. Cahuete dit :

    excellent. Rien à rajouter, bravo !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>