Les avantages de Lafâme libérée

Quand j’entends notre président clamer haut et fort que la burqa est un signe de soumission de Lafâme, j’applaudis des deux mains. Pourquoi ? Parce que d’une, je fais toujours confiance à un libérateur blanc de droite venu de Neuilly, et de deux, je pense qu’il est sain de prendre position entre l’axe du mal et celui du bien, ça aide à penser et à produire un discours libéré de tous fantasmes. Je crois donc que les histoires de burqa et de foulard aident à parler de Lafâme. Si si, voyons le cas de Marc et Muriel.

Je vous présente Marc, cadre dans une boîte qui fabrique de l’équipement pour piscine. Marc est âgé de quarante-cinq ans, et est papa de magnifiques gamins, prénommés Deuh et Virgulsisse. Marc est marié depuis 19 ans à Muriel, employée dans une collectivité locale.

C’est l’apéro. Marc et Muriel ont invité le beau-frère Bruno et la soeur Isabelle à manger des grillades. Debout avec Bruno devant le barbecue, Marc discute finance (il essaie d’impressionner Bruno qu’a pas le bac, en recrachant des trucs sur des produits financiers compliqués. Il revient en effet d’un rendez-vous avec son banquier. Il est à la Société Géniale.)

Pendant ce temps, Muriel et Isabelle discutent des enfants, qui coûtent cher mine de rien, surtout au niveau des soins dentaires. Virgulsisse a en effet les dents toutes tordues, elle tient de son père. Comme Virgulsisse ne pourra pas, comme papa, se faire pousser une moustache pour tout planquer, il faut bien tenter de redresser son ratelier. Tout en discutant, Muriel et Isabelle préparent les salades, parce qu’il faut manger cinq fruits et légumes par jour, lorsque Marc et Bruno les appellent pour leur demander ce qu’elles veulent boire à l’apéro.

Muriel et Isabelle se sont pomponnées pour l’occasion. Muriel porte une jupe et de très jolies sandales dorées. Isabelle quant à elle a misé sur le décolleté et les tons vifs. Ils s’installent tous devant un verre. C’est Marc qui fait le service. Il prend les choses en main quand on mange dehors. Il s’occupe des viandes et de l’alcool, parce que Muriel, deux verres et elle est pompette. En plus, elle ne sait pas bien s’occuper du feu.

La conversation s’engage très rapidement sur la burqa. Marc et Bruno sont consternés qu’on puisse faire porter ça à une femme, alors que c’est si beau une femme. D’ailleurs, au printemps, quand les jupes refleurissent, ils sont tellement contents. Marc, qui a déjà bu quelques bières en faisant le barbecue (ça déshydrate la braise) est particulièrement loquace. Muriel a un avis particulier sur la question : elle pense que chacun doit pouvoir s’habiller comme bon lui semble. Muriel est une progressiste, elle a voté vert dernièrement. Marc s’énerve. Mais voyons Muriel, éructe-t-il, t’aimerais être à leur place toi ? Visiblement déstabilisée, Muriel dit que non, évidemment. Marc enchaîne en lui demandant si c’est pas mieux d’être une femme libre, qui fait ce qu’elle veut de son temps. Muriel ne dit rien, après tout, c’est vrai qu’elle va à la salle de gym une fois par semaine avec les copines. C’est vrai aussi qu’à Kaïbi, la mode à mini prix, elle achète bien ce qu’elle veut. Pensive et déjà un peu pompette, Muriel écoute Marc qui parle de l’évolution de la société, de ces gens qui ne veulent pas s’adapter, de cette égalité entre hommes et femmes qui est vachement bien, même si les femmes ne doivent pas se mettre à ressembler aux hommes, hein. Muriel demande un autre kir à Marc, qui lui sert amoureusement en lui disant que lui, il est fier du corps de sa petite femme quand il se balade. Hein ! Bruno approuve et ajoute que quand même, ces mecs là, ils ont pas vraiment évolué, et que Sarkozy, hein, ben il ne dit pas que des conneries. Isabelle opine du bonnet, elle dit qu’elle est bien contente quand même de vivre dans une société égalitaire, même s’il reste des progrès à faire. Marc, qui est allé surveiller les brochettes, se retourne mollement (les bières) et regarde Isabelle en faisant une moue dubitative. Mais quels progrès ? demande-t-il. Isabelle reste coite, mais Muriel vient à sa rescousse en évoquant les salaires. Les deux mecs se regardent goguenards, prêt à faire une petite blague sur l’efficacité des mâles, lorsque Muriel, bourrée mais encore vive, ajoute : la répartition des tâches. C’est la que Marc explose. Mais enfin Muriel, dit-il d’un ton grave, les choses ont évolué quand même ! Les hommes en font de plus en plus à la maison, et même pour les gosses ! Muriel lui dit qu’elle n’a pas l’impression que ça ait tellement changé, quand Marc la coupe d’un ton professoral : Mais Muriel, il ne s’agit pas d’impressions, il s’agit de chiffres ! De chiffres Muriel ! (alors qu’il termine sa phrase, de petits postillons s’accumulent dans sa moustache). Muriel, qui a toujours été plus littéraire que matheuse se sent écrasée par le mot chiffre et hausse les épaules. Bruno ajoute que oui, hein, ça a évolué quand même. Isabelle, qui n’est pas une femme dérangeante, acquiesce et ajoute que son Bruno, ben il va faire les courses quand même, il l’aide. Pendant que Marc et Bruno s’auto congratulent d’être des mecs biens, pas comme les autres barbares, Muriel fixe les pistaches en imaginant des chiffres virevolter autour d’elle. Aidons-la à y voir plus clair.


Il paraît évident que Lafâme se libère, et cela, grâce à un féminisme d’État lançant offensives sur offensives pour la libération de Lafâme.

  • Une vie libérée en évolution vers la modernité complexe

 

(Individus âgés de 15 à 60 ans. Les chiffres ne prenent pas en compte les retraité(e)s et étudiant(e)s)

Ces évolutions flagrantes vous sautent aux yeux ? Chaussez vos très nationales Ray Ban, le temps domestique a lui aussi connu de grandes transformations…

  • Une vie domestique marquée par l’arrivée des nouveaux pères

Source INSEE ici

Entre 1986 et 1999, les « nouveaux pères » ont consacré une minute de plus aux soins des enfants, passant ainsi de dix minutes à onze minutes par jour. Ils consacrent également 5 minutes de plus aux courses ou au ménage en 1999.

[edit 2013 : selon les données 2010, les pères consacrent 8 minutes de plus au soin des enfants. D’où 9 minutes de plus par jour aux enfants en un quart de siècle…]

En 1986, Lafâme consacrait quatre fois plus de temps au ménage et aux courses que Lhôme. En 1999, elle ne consacre plus que trois fois plus de temps que Lhôme à ces corvées ! Hourrah !

Autre avantage, Lafâme connaît les joies du temps libre grâce à un travail léger et flexible.

  • Une vie de travail moderne et souple pour Lafâme

Source INSEE ici

On comprend tout de suite mieux pourquoi ces grognasses prennent le temps de s’éclater à faire le ménage !

Ces avantages honteux continuent bien évidemment à la retraite ! Et oui ! Nos amis les « seniors » aussi sont touchés par le vent de réformes progressistes ! Lafâme se prend moins la tête que Lhôme à compter ses sous.

  • L’espoir d’une retraite modernisée

Toutes carrières et tous âges confondus, Lhôme retraité touche donc deux fois plus que Lafâme retraitée, au regard de l’avantage principal de droit direct (rôa)… Avec les pensions de réversion et quelques cacahuètes en plus, l’écart se réduit un peu, veinardes !
Alors Lafâme, dis toi bien que grâce aux débats profonds qui agitent la France en ce moment, il y a des chances que tu puisses longtemps vivre ta pauvreté ou faire le ménage le cul à l’air si ça te chante.

Ce contenu a été publié dans 1 - FEMINISME, 2 - RACISME, Féminisme et racisme, Foulard Burqa Etc, Lafâme libérée, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Les avantages de Lafâme libérée

  1. antisexisme dit :

    Hihi j’ai vraiment rigolé devant cet article (même si au fond c’est pas drôle du tout) un peu ancien mais d’actualité puisque la loi sur le port de la burqa est sortie récemment.
    Ça me fait du bien de lire des articles comme ça, parce que j’ai découvert récemment des blogs féministes carrément racistes et ça m’a mis très mal à l’aise… :(

    Après, je suis pas particulièrement pro-burqa… C’est évidemment une oppression dans certains pays et même dans certaines familles en France. Mais je n’aime pas cette façon d’utiliser le féminisme pour mieux stigmatiser les musulmans. Alors, que la société française traditionnelle, blanche et chrétienne, est loin d’être égalitaire…

    Bref, le droit des femmes, c’est d’un coup hyper important quand il s’agit de stigmatiser les immigrés ; mais quand les féministes critiquent la société française traditionnelle, là c’est de l’hystérie, voire de la misandrie…

  2. Nicolas dit :

    « Notre président »

    Tu te prends pour Louis le Onzième.

  3. Nicolas dit :

    « Your comment is awaiting moderation. »

    Oh oui, de la modération ! Surtout pas d’idées fortes, ça peut faire si mal ! :-/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>